Accueil » Entreprise » L’augmentation de la précarité avec les CDDs

L’augmentation de la précarité avec les CDDs

Les chiffres inquiètent, le nombre de personnes au chômage n’arrête d’augmenter dans l’Hexagone. Au mois de février dernier, on recense près de 2,867 millions de Français qui sont à la recherche d’un emploi. Le taux de chômeur a augmenté de 0.5%.


La vie active est au ralenti, et la précarité augmente avec les CDDs. Selon les experts, et économistes, cette situation est signe du développement de l’hyper précarité qui devient de plus en plus présente sur le territoire.

La précarité du travail : de quoi parle-t-on ?

Il est courant d’entendre parler de précarité dans un parcours professionnel, mais le cas devient critique lorsque la situation se prolonge et met les conditions financières des salariés en jeu. Actuellement, de plus en plus de gens passent d’abord par un stade d’occupation temporaire, puis d’une mise en veille plus ou moins longue, et devient à la fin un chômeur. Des conditions professionnelles que vit de nos jours un nombre considérable de Français. On parle à ce moment-là de la précarité du travail. Le travailleur sera dans ce cas d’incertitude de son avenir professionnel, il ne saura pas s’il aura toujours un travail dans un mois, ce qui le rend plus vulnérable du point de vue sociale.

Les conditions précaires de travail et les contrats CDD

Face à la précarité du travail, on a souvent recours au contrat à durée déterminée ou CDD. C’est une solution pour ajuster la main d’œuvre à l’activité au sein de l’entreprise. Cela permet d’assurer le bon déroulement des activités de la firme, mais n’améliore point les conditions professionnelles des salariés temporaires. Les contrats à durée déterminée sont un recours choisi par de plus en plus d’entreprises face aux conditions précaires du travail à durée indéterminée. Afin de réduire les recours au licenciement souvent dû à une réorganisation au sein de l’entreprise, ou encore à une instabilité de l’emploi, beaucoup d’employeurs préfèrent de loin embaucher des mains d’œuvres en CDD. Selon les statistiques, plus de la moitié des salariés est aujourd’hui embauché en CDD.

Un mal-être de plus en plus alarmant chez les travailleurs CDD

En période de chômage, dans des conditions de travail très précaires, l’individu peut ressentir un certain mal-être en soi. En effet, cette situation peut être source d’un état dépressif. L’enquête menée par l’Institut de veille sanitaire a même révélé que 15 % des salariés qui sont plongés dans de tel état sont en CDD. 14 % des hommes et 10 % des femmes en contrat d’intérimaire sont dépressifs. De ce fait, les salariés qui n’ont pas de travail stable sont facilement sujets à une dépression significative. Il est alors évident que la précarité du travail est source de souffrance chez les individus qui en sont victimes. Beaucoup d’entreprises qui engagent des employés en CDD ne renouvellent pas leur contrat. Ce qui met les gens travaillant avec ce type de contrat dans une situation très inconfortable que ce soit psychologique ou financière. Bien souvent les personnes qui arrivent au terme de leur contrat CDD et qui n’arrivent pas à retrouver un autre emploi par la suite doivent faire un crédit à la consommation pour subvenir à leur besoin.

Les emplois en CDD sont en plein essor

Malgré les conditions professionnelles peu propices qu’offre les contrats à durée, force est de constater que ces derniers attirent de plus en plus de gens qui ne souhaitent pas rester dans une situation de chômage. Beaucoup de salariés enchaînent les contrats en CDD, les petits contrats d’intérimaire, et les contrats de travail à temps partiel. Ce fort taux de travailleurs en CDD démontre que les conditions de travail sont de plus en plus précaires en France.


1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Cette page a été notée 1 fois avec une moyenne de 5,00 sur 5. Notez la vous aussi.
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas communiquée. *

*

Scroll To Top